Vers l’émergence de la simulation pour optimiser la validation en informatique industrielle ?

Conforté par la parution de guides reconnus dans le milieu pharmaceutique (eg. GAMP Good Practice Guide: « A Risk-Based Approach to Testing of GxP Systems »), de nombreux outils de tests ont trouvé une vraie place ces dernières années dans le cadre de réduction, d’accompagnement et d’optimisation de phases de tests (unitaires, intégration ou qualification), ceux-ci principalement liés à des environnements complétement informatisés (application web, java jusqu’aux ERP). L’informatique industrielle et ses composantes physiques réelles ont été un contexte plus délicat pour l’entrée de la simulation dans les discussions projets.

Quel chargé d’affaire en automatisme n’a jamais souhaité avoir à disposition l’ensemble de son système dès les premières phases de test, quel intégrateur n’a jamais voulu déclarer en réunion projet que les phases de tests ne seront pas prolongées mais réduites.

Et la simulation, ça ne consomme pas ; pas d’usure, de dépense d’énergie, de fluides ou d’utilisation de consommables... Elle permet aussi de ne pas risquer d’endommager le système réel.

 

Aujourd’hui, les automates peuvent trouver à qui parler avant même de dialoguer avec une installation.

                                                                                                                          

ControlBuild, développé par Dassault Systèmes, permet de simuler une installation physique, quel que soit sa complexité, son architecture… avec un comportement au plus proche de celui de l’installation ; les seules limites présentes sont celles du développement de la simulation (temps  drastiquement réduit par la présence d’une bibliothèque complète fournie de base et personnalisable à souhait).
ControlBuild Validation s’interface avec la très grande majorité des automates en natif ; il est capable de restituer le retour de la partie opérative selon les vrais requis utilisateurs (en paramétrant, si besoin, complétement celle-ci).


  


Dans un monde parfait, cette application permettrait tout simplement de réaliser l’ensemble des SAT et QO directement en FAT ; le monde n’étant pas parfait (sinon les mots qualification ou validation n’existeraient pas…), cette vision de l’esprit ne se réalisera sans doute jamais mais son degré de réalisme et de performance nous laisse facilement imaginer pouvoir gagner jusqu’à 50% de temps de tests sur des phases de SAT, en ayant pu anticiper la correction d‘incident dès les FAT ; évidemment  cela s’avère tentant à mettre en œuvre.

La connaissance des systèmes, les relations clients-fournisseurs en confiance et la transparence amènent de nombreux départements validation et qualité à autoriser le « leveraging » (GAMP5 capitaliser / valoriser) de FAT, SAT. Pourquoi ne pas appliquer la même recette avec un outil de simulation ? Un logiciel éprouvé, un fournisseur reconnu pour le sérieux de ses logiciels, une bibliothèque d’objets avec des comportements pré-validés, un module de gestion de configuration intégré, … tous les ingrédients pour autoriser la simulation dans une stratégie de validation et même renforcer la capitalisation de tests directement en FAT de par leur représentativité de ceux de SAT.

Une première mise en bouche sur un projet concret, un retour positif et voilà la mise en place de d’une nouvelle stratégie de validation avec la capitalisation de FAT pour la QO ainsi qu’un nouveau modèle planning projet fortement réduit sur l’ensemble des phases de tests.

Applicable sur des projets « green field », l’utilisation de la simulation est aussi pertinente dans le cadre de gestion de modifications sur des systèmes en production ; en effet, l’utilisation de ControlBuild permet de réduire le temps d’intervention donc une diminution du temps d’arrêt ou une augmentation des modifications pendant un arrêt technique (test de non-régression et test de la modification avant installation).

Automatiser les tests.

ControlBuild Validation contient un éditeur de scenarii qui permettra de créer tous les cas de tests souhaités. Imaginons un test complet des alarmes process et techniques en générant la totalité des défauts, même ceux qui sont impossibles à reproduire sur l’installation existante (sans défaillances matérielles ou forçage automate) ou la vérification de la mise à l’échelle dans l’automate des entrées / sorties ou encore un test de séquence avec une vérification complète de toute les conditions de transition. Ces scenarii sont déroulés de façon autonome et automatique (reproductibilité), plus besoin de rester devant la simulation ; le tout se finit avec la génération des rapports de tests souhaités.

Cet éditeur lié à l’automatisation des tests laisse la possibilité de gérer un ensemble de scenarii pour exécuter des tests de non-régression à souhait suivant le contexte des modifications.

D’autres fonctionnalités d’intérêt…

ControlBuild ne se limite pas à la simulation de la partie opérative, d’autres fonctionnalités toutes aussi attrayantes sont à disposition.

ControlBuild Design se positionne dès la rédaction des requis utilisateurs avec la possibilité de réaliser de synoptiques fonctionnels en toute indépendance d’intégrateur afin d’exprimer réellement le besoin utilisateur, cela toujours aussi facilement à l’aide de la bibliothèque présente nativement.

 

En utilisant ControlBuild dès les phases d’expression des besoins, il se greffera sur toutes les autres étapes de développement pour générer l’ensemble de la documentation technique, générer directement du code automate déjà testé à l’aide de la simulation. Son interface native avec Reqtify (outil de gestion d’exigences Dassault Systèmes) permettra d’avoir en parallèle le taux de couverture des différents éléments de la simulation, de lier les exigences et d’avoir une matrice de traçabilité réalisée en quasi temps réel.

Téléchargez le contenu WhitePaper au format PDF